Retour Retour

A propos

À propos de Luma

En 2004, Maja Hoffmann crée la Fondation Luma en Suisse afin de soutenir les activités d’artistes novateurs et indépendants et d’institutions travaillant dans les arts visuels, la photographie, l’édition, les films documentaires et le multimédia.


Considérée comme un outil de production pour les multiples initiatives lancées par Maja Hoffmann, la Fondation Luma produit, soutient et finance des projets artistiques audacieux qui visent à approfondir la compréhension des questions liées à l’environnement, aux droits humains, à l’éducation et à la culture.


En 2013, Maja Hoffmann lance Luma Arles dans l’objectif de concevoir, développer et gérer le Parc des Ateliers, un ancien site industriel arlésien.

Situé à proximité immédiate de monuments et vestiges inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO, le Parc des Ateliers fonctionne comme une plateforme culturelle présentant les différentes activités de la Fondation Luma. Luma Arles comprend un centre ressource conçu par l’architecte Frank Gehry ; plusieurs bâtiments industriels réhabilités par Selldorf Architects ; et un parc public dessiné par l’architecte paysagiste Bas Smets.


En attendant l’achèvement complet des travaux (le principal bâtiment du site, conçu par Frank Gehry, ouvrira en 2020), Maja Hoffmann travaille en étroite collaboration avec le Core Group de Luma Arles (Tom Eccles, Liam Gillick, Hans Ulrich Obrist, Philippe Parreno et Beatrix Ruf) à la réalisation d’un programme d’expositions et de projets multidisciplinaires qui sont présentés chaque année.


Chaque été, Luma invite le festival international de photographie Les Rencontres d’Arles et le festival de musique du monde Les Suds à rejoindre le programme présenté au Parc des Ateliers.

© Jonas Unger

Sous la supervision de Maja Hoffmann, le programme culturel et architectural de Luma Arles a été développé par un "Core Group", un groupe de conseillers internationaux composé de curateurs, directeurs de musées et d'artistes : Hans Ulrich Obrist, Beatrix Ruf, Liam Gillick, Tom Eccles et Phillipe Parreno.

Maja Hoffmann

Fondatrice et présidente de la Fondation Luma et fondatrice de Luma Arles.

Engagée depuis plus de 30 ans dans la production de projets ambitieux mêlant art, droits de l’Homme, éducation et environnement, elle apporte son soutien à de nombreuses initiatives culturelles internationales. 

Très attachée à la ville d’Arles, où elle a grandi, c’est là qu’elle développe le site et le programme de Luma Arles avec l’appui d’un Core Group de conseillers et d’experts (Tom Eccles, Liam Gillick, Hans Ulrich Obrist, Philippe Parreno et Beatrix Ruf) ainsi que de Frank Gehry, Annabelle Selldorf et Bas Smets. 

Localement, elle est engagée auprès de divers acteurs tels que les Rencontres d’Arles et le festival des Suds. 

Elle siège en tant que Présidente du conseil d’administration du Swiss Institute de New York et de la Fondation Vincent van Gogh à Arles ; elle est membre des conseils d’administration de la Tate de Londres, de la Kunsthalle Zürich en Suisse, du New Museum et du CCS Bard à New York.

Voir la fiche

Hans Ulrich Obrist

Directeur artistique des Serpentine Galleries (Londres) et co-fondateur de 89plus. Il a également été conservateur du Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris.

Depuis sa première exposition World Soup (The Kitchen Show) en 1991, il a organisé plus de 300 expositions.

Obrist a donné des conférences dans des institutions académiques et artistiques à travers le monde et il écrit également pour les magazines Artforum, AnOther Magazine, 032C. Il contribue régulièrement à Mousse, Kaléidoscope, Kinfolk, Numero et Hero de même que Das Magazin et Weltkunst.

Il a reçu le CCS Bard Award for Curatorial Excellence en 2011, l'International Folkwang Prize en 2015 et un prix d’Excellence in the Arts décerné par The Appraisers Association of America en 2018.

Voir la fiche

Beatrix Ruf

Beatrix Ruf a dirigé le Stedelijk Museum à Amsterdam de novembre 2014 à janvier 2018.

De septembre 2001 à octobre 2014, elle est directrice et conservatrice en chef de la Kunsthalle de Zürich où elle supervise un important projet d’extension lancé en 2003 et achevé en 2012.

De 1994 à 1998, elle est conservatrice au musée d'art du canton de Thurgovie à Warth (Suisse), puis directrice du Kunsthaus Glarus (Suisse) de 1998 à 2001.

Elle organise la 3e édition de la Tate Triennial à Londres en 2006 et est nommée co-commissaire de la triennale de Yokohama (Japon) en 2008.

Commissaire de la collection Ringier de 1995 à 2014, elle co-fonde en 2013 le programme de conservateurs de musée POOL, à Zurich.

Beatrix Ruf est également membre de plusieurs comités consultatifs et de programmes, tels que le Between Bridges (Berlin) ; l’Istanbul Modern (Istanbul) ; Garage, le musée d'art contemporain de Moscou; le MAXXI (Rome); la Samdani Art Foundation (Bangladesh); le conseil d’administration de la Collection Mark Morrisroe et le comité d’acquisition et de programmation de La Caixa (Barcelone).

Voir la fiche

Liam Gillick

Liam Gillick est un artiste et auteur qui emploie des moyens multiples afin d’appréhender les nouveaux systèmes de contrôle idéologiques apparus au début des années 1990. 

Les travaux de Gillick vont de productions d’ouvrages courts à des collaborations architecturales à grande échelle. Son travail s’articule dans une tension constante entre des œuvres formellement minimalistes qui interrogent le langage de l'espace rénové, et une approche critique ancrée dans le texte et l’écriture. Cette approche s’enrichit par la mise à l’épreuve continue des conventions de l'Exposition en tant que forme. 

Liam Gillick a par ailleurs produit plusieurs courts métrages depuis la fin des années 2000, traitant de l’évolution de l'artiste contemporain en tant que figure culturelle. Au cours de cette période, Gillick a déployé son travail au sein de lieux expérimentaux et à travers des projets collaboratifs avec des artistes tels que Philippe Parreno, Lawrence Weiner et Louise Lawler.


Voir la fiche

Tom Eccles

Tom Eccles est directeur exécutif du Center for Curatorial Studies du Bard College aux États-Unis, au sein duquel il supervise les expositions et programmes du Hessel Museum of Art depuis 2005. 

Auparavant, il a été directeur du Fonds d’art public de la ville de New York (1995-2005). Tom Eccles est curateur au Park Avenue Armory depuis 2007, et a organisé de nombreux projets publics, des expositions et conférences à l’étranger.

Voir la fiche

Phillipe Parreno

Philippe Parreno est un artiste basé à Paris. Il travaille sur le décalage entre les différentes formes de représentation des images, entre réalité et fiction, langage et narration, sur les codes télévisuels et cinématographiques, sur l’apparition et la disparition des formes ainsi que sur leur exposition. 

En 2012, il met en scène l’exposition Dancing Around the Brideau Philadelphia Museum of Art et une dramaturgie se dessine dans son exposition de 2010 à la Serpentine Gallery. 

En 2013, pour son exposition Anywhere, Anywhere Out of the World, il transforme le Palais Tokyo en un énorme organisme vivant, une machine poétique dont le mécanisme est en perpétuelle évolution. Le montage de l’exposition ressemble à un gigantesque plateau de cinéma, où les œuvres se déclenchent, s’arrêtent, se court-circuitent. Il déploie ici un art du programme.

En juin 2015 il ouvre une exposition qui s’intitule H {N)Y P N(Y} OSIS au Park Avenue Armory de New-York - la suite de Anywhere, Anywhere Out of the World.

Voir la fiche

Frank Gehry

Frank O. Gehry est l’un des architectes les plus influents de sa generation. Il dispose d’une très grande expérience en matière de bâtiments à visée culturelle et éducative.

Ses travaux les plus révolutionnaires comprennent des projets culturels d’envergure tel que

-      le New World Symphony Concert Hall de Miami en Floride,

-      le Fisher Center for the Performing Arts de Bard College à Annandale-on-Hudson, dans l’État de New York,

-      le Signature Theatre de New York,

-      le musée Guggenheim de Bilbao,

-      le Jay Pritzker Pavilion,

-      le BP Bridge du Millennium Park de Chicago,

-      le Walt Disney Concert Hall de Los Angeles.

 Il a également réalisé les travaux de conception de la Fondation Louis Vuitton à Paris (2014) et du musée Guggenheim d’Abu Dhabi, actuellement en cours de développement. C’est aussi lui qui a dessiné le plan général de Luma Arles et la pièce centrale du Campus, le Centre de ressources artistiques.

 Ses réalisations de bâtiments éducatifs les plus remarquables comprennent :

-      la Loyola University Law School,

-      le Psychiatric Institute de Yale,

-      la Weatherhead School of Management de Case Western Reserve University,

-      le Stata Center du MIT,

-      la Lewis Library de Princeton University.

Ses travaux lui ont valu de nombreux prix parmi les plus prestigieux du monde de l’architecture, dont le Prix Pritzker en 1989, le prix d’architecture le plus important, le Prix Wolf de la Fondation Wolf en 1992 et également le Praemium Imperiale Award de la Japan Art Association en 1992.

Il a aussi reçu la Médaille d’or du Royal Institute of British Architects, et le Lion d’or de la Biennale de Venise en 2008 pour l’ensemble de son œuvre.

 Frank Gehry est le fondateur de Gehry Partners LLP, un cabinet d’architecte situé à Los Angeles, spécialisé dans la conception et la construction de projets dans les secteurs des universités, musées, théâtres, pouvoirs publics et chantiers commerciaux dans le monde entier.

Il est également à l’origine de Gehry Technologies, une entreprise de logiciels et de services dont la mission est de créer des technologies permettant de construire de meilleurs bâtiments pour un moindre coût.

 Il a obtenu son diplôme d’architecte à l’université Southern California en 1954, et a étudié l’urbanisme à la Graduate School of Design de l’université d’Harvard.

Voir la fiche

Annabelle Selldorf

“Lors de ma première visite avec l’équipe de Luma Arles en janvier 2013, j’ai tout de suite ressenti la puissance de ce lieu et des bâtiments du XIXème siècle dans le contexte du programme proposé.

Le site de 7 hectares, avec son ensemble de bâtiments datant de l’époque où des trains y étaient fabriqués, a été rabaissé par rapport à l’avenue Victor Hugo qui y mène depuis le centre historique d’Arles. Il était donc parfaitement logique de proposer un nouveau type de centre culturel à cet endroit, d’une part en exploitant les anciennes structures industrielles pour y accueillir des expositions, des ateliers de recherche, etc, et d’autre part pour ancrer le site grâce au nouveau bâtiment dessiné par Frank Gehry. Ce site devient ainsi un parc où la découverte est possible.

Étant donné la programmation ambitieuse et créative de Luma, nous savions dès le début que les espaces devraient être suffisamment souples pour pouvoir s’adapter à la diversité des tailles et des supports des œuvres accueillies. Les hangars existants avec leur toiture élevée et leur structure linéaire disposent d’un énorme potentiel de réutilisation.

Nous avons commencé par évaluer l’état des différents bâtiments pour décider de ce qui pouvait être restauré ou rénové, ou au contraire, ce qui nécessite une nouvelle intervention. Les toitures des Forges et de la Mécanique avaient toutes deux été endommagées par un incendie, nous avons donc proposé une toiture en tuiles coulées, clin d’œil aux tuiles romaines en terre cuite. À l’intérieur, les piliers, les consoles et les renforts en acier sont tous conservés et restaurés. Nous avons ajouté des puits de lumière et installé des rampes d’éclairage modernes.

Il était capital de pouvoir capturer la magnifique qualité de la lumière du sud de la France, et nous savions qu’elle devait pouvoir être modulée et contrôlée de manière à améliorer l’expérience vécue dans les bâtiments rénovés.

Une attention toute particulière a été accordée à l’aspect écologique des bâtiments, en utilisant des stratégies pratiques faisant intervenir la ventilation naturelle et un système radiant pour le chauffage et le refroidissement. Le choix délibéré d’utiliser des matériaux simples permet de garder les espaces intacts et discrètement authentiques.

Pour chaque espace de ce complexe, nous avons cherché un équilibre permettant au vocabulaire industriel du XIXème de coexister en toute simplicité avec des objectifs contemporains, tout en créant des lieux bien proportionnés offrant une luminosité naturelle contrôlable et une circulation sans entrave. »

-      Annabelle Selldorf, Principal Selldorf Architects

Voir la fiche

Bas Smets

Bas Smets est ingénieur, architecte et paysagiste. À travers une lecture méticuleuse du territoire, ses projets révèlent des paysages visibles, mais pas encore perçus.

Les projets comprennent toutes les échelles, des stratégies territoriales aux paysages d’infrastructure, des parcs très étendus aux jardins privés, des centres villes aux décors de cinéma.

Il a établi ses bureaux à Bruxelles en 2007 et a construit des projets dans une dizaine de pays. Ses projets réalisés comprennent :

-      la transformation des jardins historiques du Château Padiès dans le Tarn,

-      l’aménagement du centre-ville d’Ingelmunster en Flandre,

-      les paysages extraterrestres pour le film Continuously Habitable Zones de Philippe Parreno.

 

Plusieurs de ses grands projets de parcs paysagers sont en cours de réalisation :

-      le parc de Tour & Taxis à Bruxelles,

-      les espaces publics du projet Nieuw Zuid à Anvers,

-      le parc du Musée National d’Estonie de Tartu.

 

Bas Smets est titulaire d’un master en Architecture et en Génie Civil de l’Université de Louvain ainsi que d’un master en Paysage de l’Université de Genève. Il intervient régulièrement dans des institutions internationales parmi lesquelles la Graduate School of Design de l’Université d’Harvard ainsi qu’au Pavillon de l’Arsenal à Paris.

En 2008, il a été nommé lauréat des Nouveaux Albums des Jeunes Architectes et des Paysagistes, remis tous les deux ans par le Ministère français de la Culture.

Voir la fiche

Adeline Weppe

Adnane El Arbouchi

Anne Guardiola

Anne-Claire Hostequin

Astrid Nou

Aurélie Padovan

Axelle Gisserot

Barbara Blanc

Camille Varlet

Caroline Bianco

Caroline Monti

Christophe Danzin

Christophe Florio

Clément Boutin

Clément Château

Cloé Castellas

Clotilde Lett-Cossenet

Coline Lacire

Daniel Bell

Emily Nirlo

Estelle Mury

Fanny Guiol

Faustin Del Testa

Félix Abadie

Florence Maille

Floriane Jussiau

Frédérique de Saint-Seine

Ghada Saman

Henna Burney

Henriette Waal

Inès Mesbah

Jan Boelen

Jean-François Raffalli

Jean-François Ruiz

Jérôme Espitalier

Joana Luz

Johanna Weggelaar

Judith Wollner

Julie Boukobza

Julien Cerisier

Julien Mazars

Julien Sauvage

Justine Touache

Laurence Michelesi

Laurent Duquenne

Laurie Lapetina

Lilia Azoug

Lisa Ryba

Lucie Martin

Luz Gyalui

Maja Hoffmann

Maria Finders

Marie Pradayrol

Marianne Dos Reis

Marine Marc

Mario Timbal

Mathieu Menard

Mathilde Menusier

Matthieu Humery

Maya Trufaut

Mireille Mouton

Mustapha Bouhayati

Nathalie Israélian

Nicolas Cerisier

Nicolas Pene

Ophélie Poirier

Pauline Albouy

Pierre Collet

Pierre-Julien Trégouet

Sandra Roemermann

Sanjiv Gomez

Sarah Lahrichi

Sylvia Segura

Thibaut Goudy

Thomas Corolleur

Thomas Guillard

Tony Guerrero

Vassilis Oikonomopoulos

Yannick Barré

Yannick Bouillis


La résidence Luma Arles est un programme de la Fondation Luma développé dans le cadre du centre de création, de production et de recherche en cours de construction à Arles en Méditerranée.

Établie en 2016, elle accueille sur invitation, tout au long de l’année, des artistes, penseurs, chercheurs, écrivains et commissaires d’exposition de renommée internationale et parcours divers afin qu’ils/elles puissent accomplir un travail de recherche et développer des projets spécifiques en lien avec leur pratique artistique.


Ce programme de résidence se développe progressivement dans une ville millénaire à l’identité forte dont le territoire est marqué par un patrimoine naturel et historique unique, une concentration d’acteurs culturels inédite pour une ville de taille moyenne. Il s’inscrit pleinement au sein du programme du Parc des Ateliers et s'enrichit des champs d’action dans lesquels il agit : la création contemporaine, l’environnement, l’hospitalité et l’éducation.

Kiluanji Kia Henda

Kiluanji Kia Henda : artiste (printemps 2019) Frieze Artist Award 2017

Né à Luanda (Angola) en 1979. Il vit et travaille entre Luanda et Lisbonne.


Cet artiste multimédia questionne, non sans humour dans son œuvre, le passé colonial de son pays d’origine, l’histoire des diasporas africaines en Europe et la tragédie migratoire actuelle. Tout en se confrontant aux notions d’identité, de modernité et d’engagement politique dans sa pratique artistique.


Voir la fiche

Mohamed Bourouissa

Mohamed Bourouissa : artiste (hiver 2018 –printemps 2019)

Né à Blida (Algérie) en 1978. Il vit et travaille à Paris.


Les vidéos, sculptures, photographies et installations de Mohamed Bourouissa ont souvent pour point de départ les marges de notre société. Il réalise depuis ses débuts une galerie de portraits hyper contemporains qui tentent d’échapper aux stéréotypes sociaux-culturels de notre époque, grâce à un travail de collaboration et d’échange sans cesse renouvelé.



Voir la fiche

Yuri Pattison

Yuri Pattison : artiste (automne / hiver 2018/19) Frieze Artist Award 2016

Né à Dublin (Irlande) en 1986. Il vit et travaille à Londres.


Yuri Pattison utilise les technologies numériques, la vidéo et la sculpture afin de mener des recherches très poussées sur les ramifications sociales et politiques du développement accéléré des technologies et de cette densité visuelle à l’heure du tout digital.


Voir la fiche

Florentina Holzinger

Florentina Holzinger : danseuse et choréographe : (automne 2018 et printemps 2019)

Née à Vienne (Autriche) en 1986. Elle vit et travaille entre Vienne et Amsterdam.


Les créations de Florentina Holzinger ont pour moteur la notion de transgression à la fois identitaire, sexuelle et physique. S’inspirant aussi bien de l’Actionnisme Viennois, du body art, body building que du ballet classique, du cabaret voire même du cirque, elle déconstruit spectacle après spectacle notre vision même de la féminité.



Voir la fiche

Paul B. Preciado

Paul B. Preciado : philosophe, écrivain, commissaire d’exposition (janvier-mai 2018)

Né à Burgos (Espagne) en 1970. Il vit et travaille entre Paris et Barcelone.


Paul B. Preciado est un écrivain et commissaire d’exposition et une figure internationalement reconnue dans la philosophie du corps et les études de genre et de la politique sexuelle. Son premier livre, Manifeste contra-sexuel est devenu une référence clef pour l'activisme européen queer et transféministe. Il est l'auteur de Testo Junkie. Sex, Drugs and Biopolitics et Pornotopie. Il vient de publier Un Appartement sur Uranus, recueil de ses articles pour le quotidien Libération depuis 2013.



Voir la fiche

Pierre-Alexandre Mateos et Charles Teyssou

Pierre-Alexandre Mateos et Charles Teyssou : commissaires d’exposition (octobre 2017 - mars 2018)

Nés respectivement en 1989 et 1988 à Toulouse (France). Ils vivent et travaillent à Paris.


Pierre-Alexandre Mateos et Charles Teyssou sont un duo de curators basés à Paris. En mai 2018, ils ont créé le Cruising Pavillon à l'occasion de la 16ème Biennale d'Architecture de Venise, interrogeant les liens entre pratiques sexuelles minoritaires et architecture. Ce travail a aussi fait l’objet d’une exposition à Ludlow 38 à New York en février 2019 et se conclura par un dernier chapitre à ArkDes à Stockholm en Suède à l’automne 2019.

En septembre 2018, ils furent les commissaires d’une exposition de groupe consacrée au baroque néo-libérale à Converso (Milan). Ils collaborent régulièrement pour de nombreuses publications dont Flash Art et L'Officiel Art.



Voir la fiche

Annie Godfrey Larmon

Annie Godfrey Larmon : critique d’art, écrivain et commissaire d’exposition (octobre-décembre 2017)

Elle vit et travaille à New York.


Annie Godfrey Larmon collabore régulièrement pour le magazine américain Artforum et prépare en ce moment un livre sur l’artiste Beverly Pepper et sur Mary Reid Kelley ainsi que la rédaction de son premier roman.


Voir la fiche

Anna Colin

Anna Colin : commissaire d’exposition (octobre-décembre 2016)

Elle vit et travaille à Londres.


Anna Collin co-dirige l’Open East School à Margate (Angleterre), un espace dédié au développement artistique et à l’échange de savoirs et savoir-faire entre différentes communautés – artistiques et locales. Elle est également curatrice associée à la Fondation Lafayette à Paris.


Voir la fiche

Peio Aguirre

Peio Aguirre : critique d’art et commissaire d’exposition (septembre – décembre 2016)

Né en 1972 à Elorio (Espagne). Il vit et travaille à San Sebastian.


Peio Aguirre contribue régulièrement pour le magazine Frieze. Commissaire indépendant il est en charge du Pavillon espagnole de la Biennale de Venise de 2019 avec les artistes Itziar Okariz et Sergio Prego.


Voir la fiche

Sohrab Mohebbi

Sohrab Mohebbi : commissaire d’exposition (septembre – décembre 2016)

Né en 1981 à Téhéran (Iran). Il vit et travaille à New York.


Sohrab Mohebbi est commissaire d’exposition au Sculpture Center à Long Island City. Auparavant il fut commissaire associé à REDCAT à Los Angeles.


Voir la fiche

Ahmet Öğüt

Ahmet Ogut : artiste (automne 2016)

Né en 1981 à Silvan, Diyarbkir (Turquie). Il vit et travaille entre Amsterdam et Berlin.


Ahmet Öğüt cherche constamment à créer des œuvres aux prises avec des enjeux sociaux complexes (de l’immigration aux troubles de population en passant par l’impact de l’activité économique sur le quotidien ou la réappropriation de l’outil de travail par les travailleurs) – avec un humour qui souligne plus qu’il ne masque la gravité des questions abordées.


Voir la fiche