« L'esprit de notre projet est de faire en sorte qu’il soit un activateur du tissu artistique, culturel, écologique, social et économique d’Arles et de la Camargue, dans le delta du Rhône en Méditerranée, à travers un échange et une connexion continue avec le monde et son évolution. »

Maja Hoffmann

Programmation

A School of Schools - Apprendre par le design

A School of Schools est une exposition multi- plateformes constituée d’installations expérimentales qui explorent et revisitent les grands principes de l’éducation. Sous le commissariat de Jan Boelen — directeur artistique cofondateur du programme de recherche Atelier Luma — avec Vera Sacchetti et Nadine Botha pour la 4ème Biennale de design d’Istanbul organisée par la Istanbul Foundation for Culture and Arts, l’exposition présente le travail de plus de 90 artistes et designers internationaux.

A Schools of Schools est présentée à Luma Arles en tant que programme invité de la 3ème édition des Luma Days, forum annuel d’art et d’idées organisé du 22 au 25 mai à Arles autour d’une programmation de conférences, d’ateliers professionnels, de performances, d’installations artistiques et de moments conviviaux. Cette année, le forum sera consacré à la thématique : « ENSEMBLE, une déclaration d’interdépendance ».

Luma Days #3

Les Luma Days, forum annuel d’art et d’idées, donnent au mois de mai le coup d’envoi du programme estival de Luma et présentent au public les différentes actions déployées tout au long de l’année par Luma Arles.

Offprint

Offprint est un projet de soutien aux éditeurs indépendants et expérimentaux dans les domaines de l’art, de l’architecture, du design, des sciences humaines et de la culture visuelle. Produit par Luma depuis 2015, il est activé sous différents formats à Londres, Paris, Milan et Arles.

Programmation passée

Gilbert & George:
THE GREAT EXHIBITION (1971-2016)

A l’aide d’images grand format dont l’intensité iconographique a parfois choqué, ce duo crée des fresques sociétales provocatrices sur le sexe, l’argent, le communautarisme, la religion.
Plus de 80 œuvres exposées permettent de revisiter la société anglaise des années 70 aux années 2000, et d’appréhender l’œuvre globale de Gilbert & George tout en révélant l’audace de leurs créations au cours des 50 dernières années.

Pipilotti Rist - Pixel Forest

Présentée pour la première fois en France, Pixel Forest est l’une des œuvres les plus récentes de l’artiste Pipilotti Rist. L’installation se compose de 3000 lumières LED, et ressemble à un écran de cinéma qui aurait explosé dans l’espace. Elle plonge le spectateur dans une vidéo en trois dimensions à l’échelle d’une salle.

L.A. Dance Project 2018

Luma renouvelle pour la troisième année consécutive son partenariat avec le L.A. Dance Project, un collectif d’artistes né à Los Angeles en 2012.

Lily Gavin : Une histoire avec Vincent

Après avoir obtenu sa Licence en Histoire de l’Art au Bard College, Lily Gavin est invitée à photographier le tournage et les coulisses du dernier film de Julian Schnabel, À la porte de l’éternité, portant sur la vie de Van Gogh à Arles. Pendant 8 semaines, elle documente quotidiennement sur 35mm et 120mm le monde recréé de Van Gogh. Bien qu’elle ait grandi dans un monde marqué par l’omniprésence du numérique, le goût de Lily Gavin pour la photographie argentique se manifeste dès son plus jeune âge.

Arthur Jafa - APEX

Après Love Is the Message, The Message is Death présenté à Luma Arles en 2017, Arthur Jafa, réalisateur et artiste visuel acclamé par la critique, présente son film APEX (2013) pour la première fois en France.

Ce film de 8 minutes, rythmé par une musique envoûtante, offre un scénario où différentes histoires inspirées de la culture afro-américaine prennent une dimension universelle.

Amar Kanwar - Such a Morning

Amar Kanwar est connu principalement pour ses films documentaires. Toutefois, dans son dernier film, présenté pour la première fois dans le cadre de documenta 14, il conte l’histoire moderne de deux personnages en quête de vérité.

DO WE DREAM UNDER THE SAME SKY

L’installation DO WE DREAM UNDER THE SAME SKY de l’artiste conceptuel Rirkrit Tiravanija et des architectes Nikolaus Hirsch et Michel Müller fut présentée précédemment à deux occasions : en 2017 dans le cadre de l’ARoS Triennial à Aarhus (Danemark) et en 2015 à Art Basel à Bâle (Suisse).

Luma Days #2 L’hospitalité, à la recherche d’une voie commune

Luma Days est un forum annuel qui fait de la ville d’Arles un centre de gravité dans la région méditerranéenne : experts, scientifiques, penseurs, militants, acteurs de la société civile, créateurs locaux et internationaux mais aussi le grand public se rassemblent autour de thématiques pour partager leurs points de vue et penser ensemble le monde à venir.

Jean Prouvé - Architecte des Jours Meilleurs

Dans le cadre de son programme associé, la Fondation Luma, en collaboration avec la Galerie Patrick Seguin, présente l’exposition JEAN PROUVÉ : Architecte des jours meilleurs, consacrée à l’un des architectes et designers français les plus novateurs du XXe siècle.

L.A. Dance Project 2017

La Fondation Luma a renouvelé pour la 2e année consécutive son partenariat avec le L.A. Dance Project, un collectif d’artistes né à Los Angeles en 2012.

Peter Fischli David Weiss - Visible World

Pendant plus de 30 ans, les artistes suisses Peter Fischli (1952-) et David Weiss (1946-2012) ont produit de nombreux travaux qui offrent une réflexion trompeuse quant à la manière dont nous percevons la vie quotidienne.

Arthur Jafa - Love is the Message, The Message is Death

L'artiste et réalisateur Arthur Jafa présente un film composé d’images trouvées, issues de la technique du « found footage », où l’on croise Martin Luther King, Barack Obama, Jimi Hendrix ou encore Beyoncé. Il y retrace l'identité et l'histoire des Afro-Américains à travers un large éventail d'images contemporaines défilant sur un morceau de Kanye West inspiré par l'évangile, Ultralight Beam. Arthur Jafa confère ainsi à son film, Love is the Message, The Message is Death, une dimension poétique.

Annie Leibovitz Les premières années : 1970 - 1983. Archive Project #1

La Fondation Luma a mis en place un programme de collaboration avec de nombreux artistes vivants qui a donné naissance à un Programme d’Archives Vivantes qui intègre toutes les formes d’art, parmi lesquelles la photographie, le design, la littérature, le cinéma et la danse. La prochaine étape de ce projet expérimental et pluridisciplinaire consistera à partager ces ressources vivantes, contemporaines et historiques avec le public.

Luma Days #1

Les Luma Days sont une série de rencontres avec des experts locaux et internationaux. Cette plateforme d’engagement public d’Atelier Luma et de la Fondation Luma explore les questions liées à l’art, au design, à la technologie, à l’activisme et à l’écologie.

Jordan Wolfson - Colored Sculpture

Vivant entre Los Angeles et New York, Jordan Wolfson (né en 1980) est connu pour ses œuvres virulentes qui font appel à une vaste palette de moyens d’expression, vidéo, sculpture, installation, photo, performance…

L.A. Dance Project 2016

Le L.A. Dance Project a pour objectif de créer des œuvres nouvelles et de redonner vie à des créations marquantes de grands chorégraphes, aussi bien sur scène que dans des cadres moins attendus. Les nouvelles œuvres de la compagnie sont issues de collaborations pluridisciplinaires et réunissent des peintres, des plasticiens, des musiciens, des décorateurs, des metteurs en scène et des compositeurs.

SYSTEMATICALLY OPEN?

Réalisée par la Fondation Luma, l’exposition SYSTEMATICALLY OPEN? Nouvelles formes de production de l’image contemporaine examine les nouvelles structures dédiées à la présentation de l’image photographique.

William Kentridge - More Sweetly Play the Dance

Au cours des trente dernières années, l’artiste sud-africain William Kentridge (né en 1955), a acquis une reconnaissance mondiale grâce à ses grandes installations poétiques et critiques, qu’il développe au travers de plusieurs médias : film, animation, dessin, musique et théâtre.

La Cuisine des Forges

La Cuisine des Forges est un projet culturel dynamique qui reflète les préoccupations de la Fondation Luma pour les questions de diversité et de développement durable.

La Bibliothèque est en feu

La Bibliothèque est en feu suit les aventures d’une créature à la recherche de la forme de son intelligence. Le Swamp Thing s’enfonce dans le diagramme d’Inception. Stéphane Mallarmé découvre le multivers. Une manette de lecture se branche aux prismes de Vers le Phare. Limbo avance vers le livre dont rêve Ludmilla. Le Nautilus entre dans un courant de conscience. Des opérations de pensée se cristallisent en glyphes. Un nouvel état de bibliothèque est poursuivi…

Symposium: Comment pensent les institutions

Dans l’art contemporain et le discours curatorial, la question de l’institution occupe une place centrale. Les dernières décennies ont vu quantité de débats sur la critique institutionnelle, le néo-institutionnalisme, les pratiques instituantes et l’auto-organisation ; ces thèmes ont bien souvent été abordés par le biais de catégories telles que le pouvoir, l’hégémonie, la hiérarchie, le contrôle, les valeurs ou la discipline.

Liam Gillick, All-Imitate-Act

Sur l’esplanade du Parc des Ateliers se dressent de grands panneaux évidés par endroit. En passant la tête, on se retrouve projeté dans le corps d’Oskar Schlemmer ou Kasimir Malevich, ou bien immortalisé en danseur Bauhaus ou encore en personnage de Victoire sur le Soleil.

Impondérable : Les Archives de Tony Oursler

Impondérable, de Tony Oursler, est un projet en deux parties : un livre et un film qui explorent son extraordinaire collection personnelle d’objets, de photographies et de documents sur l’occultisme, les séances de spiritisme, la magie, l’optique, les fées, le mesmérisme et de nombreuses autres facettes de l’ésotérisme.

Janet Cardiff - The Forty Part Motet

L’installation sonore The Forty Part Motet (2001) de l’artiste Janet Cardiff est une œuvre envoûtante. Elle est composée du chant Spem in Alium Numquam Habui, du compositeur anglais Thomas Tallis (1505-1585), interprété par la Chorale de la Cathédrale de Salisbury (Salisbury Cathedral Choir).

Frank Gehry : Les Chroniques de Solaris

Les Chroniques de Solaris invitent, autour du travail de Frank Gehry, un groupe d’artistes internationaux à concevoir une mise en scène changeante, dans une exposition en mouvement.

La Crue des Droits - Conférence

Aujourd’hui, de façon presque routinière, nombre d’individus revendiquent et affirment leurs droits par le biais de canaux de communication générés par les utilisateurs, tels que Facebook ou Twitter. Par l’image, de même que par les mots et le son, ces revendications sont exprimées et communiquées – ou pourrions-nous dire : démontrées – par les détenteurs de ces droits eux-mêmes, adressées quelquefois de manière très directe, parfois à l’attention d’un public indéterminé.

Wolfgang Tillmans: Neue Welt

Depuis 20 ans, Wolfgang Tillmans ne cesse d’interroger et d’étendre les possibilités de la photographie par tous les moyens à travers ses œuvres photographiques et filmées. Son exposition Neue Welt (Monde Nouveau) présente des photographies extraites de sa nouvelle série éponyme, créée au cours de nombreux voyages.

Vers la lune en passant par la plage

« Trois sonneries de corne de brume annoncent le commencement du travail – attirant le public aux Arènes. Il s’agit d’une exposition sur le travail, la production et la transformation – des idées en mouvement perpétuel. Un paysage lunaire se composera progressivement, autour duquel les artistes développeront des idées nouvelles. Tout sera visible, sans distinction entre production, présentation et échange. »

The Human Snapshot - Conférence

The Human Snapshot traite des formes actuelles d’universalisme telles qu'elles sont disséminées et consolidées par le biais de la photographie et de l’art contemporain. Fondée sur un projet de recherche conduit par Ariella Azoullay, cette conférence est organisée par Thomas Keenan et Tirdad Zolghadr, en collaboration avec Johanna Burton et Tom Eccles.

Projet architectural

Le projet architectural de Luma Arles

Ce projet est porté par Maja Hoffmann, qui s’est entourée d’un Core Group composé de Tom Eccles, Liam Gillick, Hans Ulrich Obrist, Philippe Parreno et Beatrix Ruf. Ensemble ils ont activement contribué au développement de la programmation et de la conception architecturale.

Le premier axe du projet Luma Arles :
Développer une plateforme culturelle qui garantisse un maximum de flexibilité pour la recherche et la production artistique.

La pièce centrale du Parc des Ateliers :
Un Bâtiment Ressource dessiné par Frank Gehry (1). Il accueillera des espaces de présentation et d’exposition, d’archives, une bibliothèque, des bureaux, des salles de séminaires et un café-restaurant.

Les bâtiments industriels du site désaffecté des anciens ateliers SNCF :
Ils sont destinés aux présentations, installations, expositions, résidences d’artistes et aux studios.

Cinq de ces bâtiments sont réhabilités par Annabelle Selldorf.
Les Forges (3)
Espaces d’exposition
La Cour des Forges (3.1)
Cour
La Mécanique Générale (5)
Espaces d’exposition, workshop occupé par Atelier Luma
La Formation (4)
Résidence d’artistes dédiée au spectacle vivant
L’Ancien Bâtiment Administratif (2)
Maison d’hôtes, résidence d’artistes

Un bâtiment historique, la Grande Halle (6), fut rénové en 2007 par la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Il abrite aujourd’hui des espaces d’exposition.

L’ensemble sera situé dans un parc jardin imaginé par Bas Smets, comprenant un étang et plus de 500 arbres.


Ouverture prévue en 2020.


Développement durable
Dans l’optique d’un équilibre énergétique, la consommation d’énergie primaire est limitée pour laisser une part plus importante aux énergies naturelles. Ainsi, une technologie solaire passive emmagasine la chaleur du soleil dans la rotonde du Bâtiment Ressource conçu par Frank Gehry, les espaces d’exposition des bâtiments rénovés par Selldorf Architects sont naturellement ventilés, le système centralisé de cogénération est alimenté au biodiesel, plus de 2000 m2 de panneaux solaires sont installés et l’eau de pluie est récupérée pour l’arrosage des espaces verts et les sanitaires.

Financement du projet
La Fondation Luma a financé le lancement du projet. Luma Arles s’est engagé à travailler avec des artisans, fournisseurs et entrepreneurs locaux. Un partenariat avec la Chambre de Commerce et d’Industrie a été mis en place pour mobiliser les entreprises de la région.
À ce jour, 9 entreprises sur les 15 sélectionnées pour travailler sur Les Forges étaient implantées à Arles ou sur le territoire du Pays d’Arles (soit 74% du marché global). 8 entreprises sur les 14 sélectionnées pour travailler sur La Mécanique Générale étaient implantées à Arles ou sur le territoire du Pays d’Arles (soit 65% du marché global). 8 entreprises sur les 15 sélectionnées pour travailler sur La Formation étaient implantées à Arles ou sur le territoire du Pays d’Arles (soit 67% du marché global).
17 entreprises arlésiennes travaillent sur le chantier du Bâtiment Ressource.

Architectes
Frank Gehry, Gehry Partners, LLP
Annabelle Selldorf, Selldorf Architects.

Architectes exécutifs
Studios Architecture, C+D

Architecte paysagiste
Bas Smets, Bureau Bas Smets

Assistant à la maîtrise d’ouvrage
MYAMO

Consultants techniques
Setec, Terrel, Tess, BMF, Socotec, Transsolar, Lamoureux, Terao, C&C, Casso.

Parc des Ateliers

Le Parc des Ateliers à travers le temps

Période antique :
- Fin Ier s. av. JC : construction du théâtre Antique d’Arles. Premières traces de la nécropole des Alyscamps.
- 80-90 ap. JC : édification de l’Amphithéâtre d’Arles.
- Début du IVe siècle : construction des thermes de Constantin.

Période médiévale :
- 948 : fondation de l’abbaye de Montmajour
- VIe siècle : fondation de l’enclos Saint-Césaire
- XIIe siècle : édification du cloître et de la cathédrale Saint-Trophime

« (…) C’est la ville d’Arles, une ville qui a été admirablement placée par la nature, ou plutôt pour laquelle la nature a pour ainsi dire créé sa place (…) »
Alphonse de Lamartine à l’Assemblée nationale le 30 avril 1842

1842 : le député Lamartine défend à l’Assemblée Nationale le tracé de la ligne de chemin de fer Paris-Lyon-Marseille via Arles. Une première phase d’aménagement du site des ateliers ferroviaires arlésiens voit alors le jour (1845-1856).

Les constructions comprennent un atelier de machines (fabrication, réparation), un atelier de voitures, un atelier de wagons et un dépôt de machines.

1848 : le tronçon Avignon-Marseille est inauguré à Arles. Il marque une phase d’essor économique pour la ville. Les Ateliers deviennent le premier employeur de la ville, accueillant jusqu’à 1800 personnes en 1920.

1937 : les différentes compagnies ferroviaires françaises fusionnent pour devenir la SNCF. La locomotive à vapeur décline progressivement, et avec elle les Ateliers d’Arles spécialisés dans leur construction.

La France se désindustrialise. Malgré plusieurs phases de modernisation, le Parc des Ateliers ferme ses portes en 1984 après un long déclin de son activité.
A l’abandon, cette friche au cœur de la ville se voit peu à peu envahie par la végétation ; les bâtiments se dégradent.

Dès 1986, les Rencontres Internationales de la Photographie d’Arles et le festival de musique Les Suds occupent cet espace brut de manière sporadique.

A partir du milieu des années 1990, la Région Provence-Alpes-Côte-d’Azur étudie plusieurs projets de réhabilitation pour redynamiser le site. L’immense bâtiment de la Grande Halle est alors rénové et inauguré en 2007.

Maja Hoffmann rassemble autour d’elle un « Core Group » de conservateurs, artistes, architectes et penseurs : Frank Gehry, Hans Ulrich Obrist, Philippe Parreno, Beatrix Ruf, Liam Gillick et Tom Eccles.
Ensemble, ils amorcent la réflexion sur un projet de nouveau centre culturel pour le XXIe siècle.

2008 : la Fondation LUMA co-signe avec la Ville d’Arles, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et les Rencontres d’Arles un protocole d’accord pour le développement du nouveau projet du Parc des Ateliers.

2010 : pour soutenir la dynamique culturelle qui se fait jour à Arles, le Ministère de la Culture annonce que l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie va bénéficier d’un nouveau bâtiment, sur le Parc des Ateliers.

5 avril 2014 : au terme de dix ans de réflexion sur le projet, le chantier est officiellement lancé lors de la cérémonie organisée pour la pose de la première pierre de Luma Arles.

Pendant la construction du Bâtiment Ressource designé par Frank Gehry et la réhabilitation des bâtiments existants, Maja Hoffmann souhaite que le site demeure toujours accessible au public. Le Parc des Ateliers accueille ainsi parallèlement un programme artistique et culturel de préfiguration et des événements en lien avec Les Rencontres d’Arles.

Durant cette phase d’expérimentation, plusieurs productions artistiques se déroulent également dans d’autres lieux de la ville : les Arènes d’Arles, la nécropole des Alyscamps, la Place de la République, etc.

Dès 2014, le bâtiment des Forges est rénové. Mis à la disposition du festival des Rencontres d’Arles, ces espaces permettent d’organiser des expositions de qualité muséale et d’amorcer des co-productions avec des institutions et des collections internationales.

2016 : le bâtiment de la Mécanique Générale est achevée avec une extension contemporaine. Lui aussi est immédiatement ouvert au public.

2017 : la Fondation LUMA marque les 10 ans de la rénovation de la Grande Halle avec un programme interdisciplinaire complet. Elle lance son programme d’Archives Vivantes avec une exposition dédiée à Annie Leibovitz et une installation des artistes Fischli/Weiss.
Un espace d’accueil, un restaurant (le Réfectoire), une librairie, un lieu d’information et de billetterie sont également créés.

Printemps 2018 : ouverture de La Formation. Ce bâtiment dédié au spectacle vivant accueille en résidence la compagnie de danse L.A. Dance Project pour sa troisième année à Luma Arles.

Automne 2018 : les travaux de réalisation du parc public conçu avec l’architecte paysagiste Bas Smets débutent.

Dans un mouvement perpétuel Luma Arles poursuit le développement du Parc des Ateliers. Véritable plateforme de productions interdisciplinaires, le site comprend des espaces de typologies, de tailles, de qualité et d’équipements allant du brut industriel au « white cube ». Ces espaces deviennent tour à tour des lieux d’accueil pour des expositions et des évènements culturels de formats très variés.

Un atelier de production, une collection d’archives vivantes, un programme de résidences d’artistes, une école, etc. sont autant d’outils d’activation à la source du programme qui animera ce campus de 6 hectares. Chacune de ces activités croise son expertise autour des thématiques liées à l’art, l’environnement, la dignité humaine et l’éducation.

Luma Arles se compose de cinq anciens bâtiments industriels :
– Les Forges, premier bâtiment à être rénové et réhabilité par Annabelle Selldorf, ouvert en juillet 2014.
– La Mécanique Générale, achevée en 2016.
– La Formation, achevée en 2018.
– L’Ancien Bâtiment Administratif, dont l’ouverture est prévue en 2020.
– La Grande Halle, inaugurée en 2007
Et du Bâtiment Ressource (conçu par Frank Gehry). Travaux : 2014–2020.

2020 : ouverture de l’ensemble du Parc des Ateliers et inauguration du Bâtiment Ressource.